Le dessous des cartes

 

Le “dessous des cartes”: comment en est-on arrivé à sacrifier la santé et la sécurité de plus de 500.000 Bruxellois?


Le mouvement citoyen Pas Question ! a réuni un dossier de plusieurs milliers de pages sur le processus ayant mené à l’adoption du Plan Wathelet. Nous pensons qu’il est opportun que les citoyens bruxellois soient informés des dysfonctionnements majeurs qui ont entaché ce processus au sein du cabinet Wathelet:

1. Aucune étude de densité de population n’a été réalisée préalablement à la mise en application du plan.
2. Des modifications substantielles des accords de 2008-2010 n’ont pas été soumises au Conseil des Ministres.
3. Les tracés aériens ont été modifiés à plusieurs reprises selon une logique clientéliste.
4. Il n’y a pas eu de concertation avec la Région Bruxelloise.

1. Aucune étude de densité de population n’a été réalisée préalablement à la mise en application du plan.

Les accords de Conseil des Ministres de 2008-2010 prévoyaient que “la concentration des vols au-dessus de zones fortement habitées sera limitée autant que possible”. La densité de population survolée était donc bien un critère essentiel des accords de 2008-2010.

Or, le Secrétariat d’Etat à la mobilité a reconnu officiellement n’avoir fait réaliser aucune étude préalable de densité des populations survolées avant de mettre en œuvre les nouvelles routes.

Comment le Secrétariat d’Etat peut-il prétendre avoir correctement appliqué les accords de 2008-2010, alors même que les études préalables indispensables n’ont pas été effectuées? 

2. Des modifications substantielles des accords de 2008-2010 n’ont pas été soumises au Conseil des Ministres.

Les accords de Conseil des Ministres de 2008-2010 prévoyaient un dédoublement du virage à gauche à des altitudes de 1.700 pieds (virage court) et de 2.200 pieds (nouveau virage plus long).

Mais Belgocontrol a, à plusieurs reprises entre 2010 et 2012, conseillé de conserver les deux virages à gauche à 1.700 pieds, pour des raisons de sécurité. Cette recommandation impliquait pour le nouveau virage long deux conséquences importantes :

  • maintien du virage à plus basse altitude que prévu au-dessus de Bruxelles ;
  • redéfinition du tracé du virage.

Ces deux points nécessitaient un accord du Conseil des ministres ; or ils n’ont été présentés et validés qu’en inter-cabinet (groupe de travail inter-ministériel) en juin 2012, sans jamais repasser en Conseil des Ministres.

Comment le Secrétariat d’Etat peut-il prétendre que ce Plan est celui de tout le gouvernement, alors même que des modifications essentielles de ces accords n’ont pas été validées par le Conseil des Ministres ?

3. Les tracés aériens ont été modifiés à plusieurs reprises selon une logique clientéliste

S'agissant du nouveau virage à gauche long, à savoir celui qui passe maintenant le plus au centre de Bruxelles et impacte le plus grand nombre de bruxellois, il faut savoir qu'avant d'arriver à cette solution, plusieurs tracés ont été envisagés par le cabinet Wathelet.

Dans l'ordre chronologique:

(1) la situation de départ: le virage à gauche "historique" en cours avant février 2014 (voir virage numéro 1 en mauve sur la carte ci-dessous);

(2) le premier tracé du nouveau virage à gauche long a vraisemblablement été préparé par Belgocontrol sur base de leur intérprétation des principes contenus dans les accords de Conseil des Ministres de 2008-2010 (à savoir le survol des zones les moins densément peuplées et les routes les plus courtes). Ce tracé se retrouve sur une carte publiée sur le blog de Georges Dallemagne, parlementaire CDH de Woluwé-Saint-Pierre ayant participé aux travaux du cabinet Wathelet (voir virage numéro 2 en bleu sur la carte ci-dessous). On y voit le projet de virage à gauche à 1.700 pieds qui s’effectue directement en direction du parc de la Woluwe et survole à la verticale l’échangeur de la E411. Ce blog, et donc cette carte, sont accessibles sur l’internet (http://www.georgesdallemagne.be). Nous en avons aussi fait une copie que nous partageons avec vous (voir document sources sous la carte ci-dessous). Nous ne pensons bien entendu pas que ce virage aurait été une bonne solution, puisqu'il aurait eu pour conséquence de survoler beaucoup plus de monde que le virage numéro 1 ci-dessus. Par contre, il nous semble vraisemblable que cette variante du virage n'a pas plu à certaines personnes, et qu'une solution encore pire a été imaginée et proposée...

(3) dans les mois qui suivent, le virage est déplacé vers l’Ouest de Bruxelles et donc vers des zones encore plus densément peuplées, afin d’épargner de plus en plus manifestement Woluwé-Saint-Pierre (WSP). Le tracé officiel est finalement retenu le 18/06/2012 et présenté en juillet 2012 à la région bruxelloise, représentée par Madame Huytebroeck (voir virage numéro 3 en vert sur la carte ci-dessous). Le nouveau virage passe donc encore plus au centre de Bruxelles, passant au sud de l’échangeur E411 et rejoignant la E411 bien après les limites de la Région bruxelloise (contrairement au virage numéro 2).

(4) le 6 février 2014, le nouveau virage long entre en application, et la route effective (axe placé au centre des relevés radars de Belgocontrol) passe en réalité encore plus profondément dans Bruxelles, démultipliant encore le nombre de personnes survolées (voir virage numéro 4 en rouge sur la carte ci-dessous). Ce virage encore plus long coupe Etterbeek de part en part, avant de survoler le Boulevard du Triomphe, la maison communale de Watermael-Boitsfort où un « waypoint » (point de passage obligé pour les avions) a été très cyniquement placé et de rejoindre la E411 au sud de l’échangeur.

Comment le Secrétariat d’Etat et les responsables politiques CDH de WSP (Cerexhe, Dallemagne), respectivement auteur et bénéficiaires de ce plan, peuvent-ils prétendre défendre l’intérêt général, alors même que l'on a "bricolé" des plans de vols et des tracés aériens plus scandaleux les uns que les autres?

Sources: Capture d'écran blog Dallemagne   I    Carte Blog Dallemagne   I    Carte région BXL juillet 2012   

4. Il n’y a pas eu de concertation avec la Région Bruxelloise

L’accord de gouvernement de décembre 2011 imposait au cabinet Wathelet de mener une concertation avec la Région Bruxelloise. En juillet 2012, le cabinet Wathelet présente donc à Mme Huytebroeck une carte du nouveau virage à gauche (carte numéro 3 ci-dessus).

Madame Huytebroeck écrit plusieurs lettres au cabinet Wathelet pour marquer son désaccord sur cette proposition. Ses lettres sont restées sans réponse.

Il s'afgit donc plus d'une forme de diktat par le cabinet Wathelet que d'une quelconque forme de concertation.

Comment le Secrétariat d’Etat peut-il prétendre respecter l'accord de gouvernement de 2011 qui exigeait une concertation  ?



Ce ne sont là que quelques éléments choisis dans un dossier où se mêlent dysfonctionnements, abus de pouvoir, manœuvres politiques clientélistes et incompétence.

Pour Pas Question !, il est évident que le cabinet Wathelet n'a pas respecté les accords de Conseil des Ministres de 2008-2010, que ce plan est pire que tous les plans précédents et qu'il n'est pas nécessaire de mettre en place un organe de contrôle pour le démontrer.

Pas Question ! exige donc la suspension immédiate du plan avant les éléctions pour permettre ultérieurement et dans un climat serein l'adoption d'un nouveau plan selon un processus objectif, concerté et transparent. Ce nouveau plan devra enfin inclure des mesures structurelles pour répondre aux problèmes posés par la proximité de l'aéroport avec une ville de 1.100.000 habitants.